Marcher plutôt que courir

img_2114

Avec les premières morsures du froid, j’ai eu envie de partager un peu de ce soleil si doux qui nous a accueilli, le week-end dernier, dans les Alpes-Maritimes. Je n’avais pas remis les pieds à Nice depuis le mois de mai. Il a fait terriblement bon pendant ces 4 jours.

Sur la prom’, la vie a repris son cours. En cette fin de vacances de la Toussaint, des dizaines d’enfants affublés de rollers, skate ou trottinettes faisaient courir leurs grands-parents, lunettes de soleil visées sur le nez et baskets aux pieds.

Sur la plage, on se baignait encore.

img_2069

img_2113

img_2010

Avec un temps pareil, inutile de vous dire que nous avons préféré les balades aux grasses mat’. Cela ne nous ressemble pas vraiment pourtant, nous, les gros dormeurs en mal de sommeil que nous sommes toute l’année. Est-ce l’âge ? Depuis quelques mois, Mister T. et moi-même nous surprenons en effet à nous réveiller naturellement plus tôt le week-end mais aussi et surtout, à chausser nos running dès que les conditions le permettent.

img_2068

Je précise que nous ne courons pas -nous le faisons bien assez toute l’année-, nous marchons. A notre rythme, nous arrêtant au gré de nos envies, savourant cet incroyable luxe qui consiste à « prendre son temps ».

Et ce fameux week-end du 1er novembre, nous avons marché tous les jours, des kilomètres. De quoi redécouvrir la côte sous son meilleur visage, en témoignent ces clichés pris le long du cap Ferrat. Vous sentez l’odeur du sel, des pins et des figuiers chauffés par le soleil d’automne ? Divin.

img_1995

img_1996

Il y a trois semaines de cela, c’est en Bretagne que nous avons avalé les bornes sans même nous en rendre compte. Bichonnés au centre de thalasso de Carnac, nous avons profité de l’été indien pour découvrir les alignements mégalithiques de la région avant d’arpenter le bord de mer, les mollets fourbus. Au soleil couchant, c’est encore mieux.

img_1844

img_1778

img_1889

Inutile de vous dire qu’après des journées pareilles, le sommeil vient tout seul. Quant à la satisfaction d’avoir réussi à reprendre la main, à retrouver un peu de ce « temps perdu », c’est tout bonnement la cerise sur le gâteau.

Rien ne sert de courir, comme dirait l’autre.

img_2074

 

 

 

 

 

A LIRE AUSSI...

2 commentaires

  1. Bonjour Elodie!
    Merci de nous faire partager ces sublimes clichés que vous avez pris pendant votre escapade dans les Alpes Maritimes! Je connais bien le coin pour y avoir passé des vacances mémorables en famille pendant mon adolescence! Je préfère largement la marche au running!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *