Mon plan d’attaque contre la grippe (et autres joyeusetés de l’hiver)

grippe-astuces-naturelles

C’est l’une de mes (chouettes et estimées) connaissances dans le milieu journalistique, blogueuse aguerrie à la plume franchement drôle –Caroline Franc pour ne pas la nommer- qui m’a donnée l’idée de ce post. A la fois dépitée ET résignée, cette dernière a en effet annoncé il y a quelques jours sur Facebook que la grippe venait de s’incruster dans son foyer via un incubateur de taille : son aînée. La suite de son message présageant l’ordre de passage de toute la famille -elle incluse à la toute fin de l’épidémie bien sûr, c’est moins marrant sinon-, j’ai machinalement, mais très consciencieusement, appliqué une noisette noix de gel hydroalcoolique sur mes mains. Et touché du bois pour passer au travers des mailles du filet.

Pour avoir pas mal traité le sujet sur marieclaire.fr avec ma team, j’ai développé une sorte d’hypervigilance aux microbes ces dernières semaines. Mes efforts pour NE PAS tomber malade cet hiver ont même débuté très tôt cette saison. Figurez-vous qu’il était inenvisageable que je sois grippée durant les quelques jours off que je me faisais une joie de passer à Toulouse, pour Noël. Idem après les fêtes avec la remise des Prix d’Excellence de la Beauté : INTERDICTION d’avoir ne serait-ce que le nez qui coule.

Je vous en ai déjà parlé je crois, j’ai donc gobé, religieusement pendant un mois durant, une dose de gelée royale pure tous les matins, à jeun, de fin novembre à fin décembre.

Pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi : c’était franchement infâme. La gelée royale est plutôt acide, du genre à vous picoter la gorge au moment de l’avaler. Le goût n’est pas terrible non plus : on dirait une sorte de miel rance mais sans sucre.

Coïncidence ou pas, alors que je me sentais carrément raplapla, les vacances d’été étant définitivement un lointain souvenir, j’ai senti un regain d’énergie au bout d’une dizaine de jours. Un coup de boost qui m’a portée finalement sans encombre jusqu’à la fin de l’année.

Depuis 10 jours, je « consolide » les effets de cette cure avec 3 gélules de curcuma et propolis (marque Famille Mary, mon dealer) à avaler au moment des repas. Anti-inflammatoire et anti-infectieux, le curcuma est une épice qui vient d’Inde et fait généralement merveille en cuisine. De mon côté, je veux bien croire qu’il renforce mon immunité : pas un rhume à signaler pour l’instant, malgré des températures en chute libre.

Pour le reste :

– j’ajoute une cuillère de miel corse -cela a toute son importance- à mon thé chaque matin

-j’utilise un spray nasal à l’eau de mer pour me nettoyer le nez chaque soir (les transports en commun plus la pollution, désolée, mais ça ne pardonne pas)

-je diffuse des huiles essentielles aux vertus assainissantes (citron, eucalyptus, romarin, lavande…) quelques minutes chaque jour dans notre appart’

-je me balade toujours avec un peu de solution hydroalcoolique dans mon sac à main

-je suce des pastilles à la propolis quand ma gorge déraille

-j’avale une dose d’Oscillococcinum chaque semaine en guise de préventif (« des granules de sucre à la c.. », dixit Mister T. qui, sévèrement grippé en 2015, s’est cependant mis à m’imiter cette année… CQFD).

Et vous, que faites-vous pour barrer le passage aux microbes ? Bonne semaine et surtout, restez au chaud 😉

A LIRE AUSSI...

1 commentaire

  1. Je bois aussi beaucoup de thé et tisane en tout genre, j’abuse de bonnes cuillères de miel et de cannelle.
    Je garde à porter de main des gommes au miel de propolis pour adoucir ma gorge.
    Et je fais une cure de prévention avec L52 quelques gouttes diluées dans un peu d’eau.
    J’ai très envie d’essayer la gelée royale ça a l’air d’être bénéfique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *