L’art du brushing

IMG_0504

Samedi, je suis enfin allée chez le coiffeur. Après plus de six mois sans avoir vu une paire de ciseaux -vous savez ce qu’on dit, ce sont les cordonniers les plus mal chaussés- j’ai poussé la porte du salon Franck Provost au 87, rue d’Alésia en début d’après-midi. C’est Mathilde, et sa toute nouvelle tête (elle aussi devenue blonde), qui m’a donnée le coup de pieds au derrière final. Cela fait pourtant près de trois semaines que je me répète en boucle qu’il est « vraiment temps de faire quelque chose ». Prendre le temps de prendre rendez-vous, ça en revanche, c’est une toute autre affaire -dit la fille dont le mantra du blog est « Tromper de temps et en prendre pour soi ». De fait, j’ai donc opté pour l’option « sans rendez-vous ».

Malgré ma crainte de l’attente, on s’est rapidement occupé de moi. Après quelques échanges avec Lucie, ma coiffeuse attitrée ce jour-là, j’ai dit « OK » à un léger balayage censé fondre mes racines châtain à mes longueurs blondes. Lucie s’est mise au travail consciencieusement, m’expliquant adorer la technique du « fondu », condition sine qua non pour un effet « naturel » et une repousse sans contraste qui pique les yeux.

Après une bonne demi-heure de pose, Lucie m’a faite passer au bac. Une patine, quelques shampoings et soins plus tard, nous sommes passées à la coupe. Rien de bien novateur, j’ai simplement fait reprendre mon dégradé, sans trop couper aux pointes. J’ai mis un certain temps à retourner des cheveux qui me permettent de réaliser quelques chignons et queue-de cheval rapides, je compte bien en profiter encore un peu !

Là où j’ai séché en revanche, c’est au moment du coiffage. « Qu’est-ce qu’on fait? » m’a gentiment demandé Lucie. J’ai bien failli lui répondre « Ce sera tout, merci », songeant à ma propre routine capillaire laquelle exclut généralement l’utilisation du sèche cheveux, mais je me suis ravisée. Face à mon mutisme, la jeune femme m’a donc proposé un « brushing avec des boucles », s’enquérant dans le même temps de savoir si je préférais ma raie « au milieu ou sur le côté? » Question piège là encore, moi qui, le matin, me contente le plus souvent de donner un coup de brosse à l’ensemble pour paraître coiffée.

Après 10 bonnes minutes sous l’air chaud du sèche-cheveux, le résultat a fait pousser des « Oh! » de satisfaction à tout le salon : le brushing de Lucie avait sans aucun doute le mérite de mettre en valeur mon balayage. Admirant le résultat face au miroir, je me suis imaginée tenter de reproduire l’effet à la maison. Le délire à duré quelques secondes, puis je me suis souvenue de mon incapacité à manier une brosse ronde. Ajoutez à cela un sèche cheveux et vous m’avez définitivement perdue.

« C’est tout de suite mieux non? », m’a demandée Lucie, qui déplorait au même moment n’avoir pas eu le courage de se coiffer ce matin-là « Ca se voit tout de suite… Ca change tout la coiffure! » Inutile de vous dire qu’à ce moment-là, j’ai espéré ne pas la croiser de bon matin dans le métro, au risque de la contrarier!

Et vous, vous vous coiffez comment le matin? Qui est adepte du brushing? Peut-être utilisez-vous un fer à lisser ou à boucler  systématiquement avant de sortir? Ou alors, comme mon amie Johanna -et sa looongue chevelure brune de nature bouclée-, vous ne jurez que par votre rendez-vous hebdo’ chez votre coiffeur pour discipliner vos cheveux? Racontez-moi, ça me donnera peut-être des idées de styling capillaire! Lucie vous dirait sans doute que j’en ai bien besoin 🙂

A LIRE AUSSI...

7 commentaires

  1. Belle couleur, beau brushing très naturel qui n’est peut-être pas si évident à refaire soi-même … et c’est toujours là le problème !
    Cheveux courts pour moi donc très exigeante sur la coupe qui doit être structurée et se mettre facilement en place car je ne sais pas / n’ai pas la patience de faire un brushing. 4 gros bigoudis « accrocheurs » me permettent de redonner du volume pendant un rapide séchage.

  2. Jolie coiffure, cette couleur vous va à ravir! Je fais mon brushing à l’aide d’une grosse brosse ronde et de mon sèche cheveux. Je présèche mes cheveux avant puis j’enroule chaque mèche de cheveux autour de la brosse. Je les décolle à la racine et passe le sèche cheveux au dessus et en dessous avant de faire glisser la brosse sur les longueurs et de terminer par les pointes en faisant rebiquer vers l’intérieur. Ca me permet d’avoir un brushing moins plat et de créer un mouvement . J’aime bien mettre un peu d’huile à la lavande sur les pointes. Mon brushing tient jusqu’au prochain shampooing si bien sûr il ne pleut pas!

  3. oh que je suis jalouse ! il existe des gens qui ne sont pas obligés de se faire un brushing à chaque lavage! je l’avais oublié. Oui pour moi 2 brushings par semaine 104 par an au moins. Suivi du lissage. Je ne suis pas une obsédée du cheveux raide mais avec le ghd le cheveux ne frisotte pas à la moindre humidité (pluie ou transpiration). Je suis toujours à la recherche de produits hydratants. Et il m’est impossible de partir en vacances sans masque. Pourquoi est ce que je ne laisse pas mes cheveux bouclés-frisés vivre en pleine liberté ? Parce que le premier jour c’est pas mal, mais impossible de se coiffer sans faire doubler le volume de la chevelure et puis parce que l’on ne vous parle pas de la même manière lorsque vous avez les cheveux frisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *