Remettre à demain

IMG_4755

Des mois que je n’ai pas posté une seule ligne ici. Au début je dois l’avouer, j’ai, comme d’habitude, pas mal culpabilisé. Je me suis cent fois promis de me rattraper en postant davantage « la semaine prochaine ». Puis la suivante. Puis rien du tout.

Le jus m’a manqué. Et là où, auparavant, j’aurais donné le dernier le dernier coup de collier qui m’aurait laissée nerveusement épuisée avant l’été j’ai décidé, semi consciemment je crois, de lever le pied. Surtout, d’accepter, quelque part, que je ne suis pas ce surhomme que j’aimerais tant pouvoir observer dans la glace le matin.

Entre un boulot de plus en plus prenant et l’esquisse de projets perso de plus en plus concrets, c’est le blog et plus globalement le temps certain que je passe chaque jour sur les réseaux sociaux qui en a pâti…

Sur ce coup là pourtant, remettre à demain m’a finalement fait le plus grand bien. Parce qu’une fois la période de culpabilisation passée, c’est l’observation, la mise à distance et, enfin, le lâcher prise vis à vis de mes « obligations digitales » qui s’est fait sentir. Jusqu’à ce matin où je me suis aperçue avoir délaissé mes applis Twitter et Instagram plusieurs jours d’affilé sans en avoir ressenti le manque. Sans m’être imposée la sacro sainte « digital detox » de l’année, celle qui fait que chaque été ou presque depuis 3 ou 4 ans -aidée par une réseau corse capricieux-, je m’oblige à laisser mon téléphone au fond de mon sac pour au moins 8 jours. Encore une « obligation », toujours une certaine forme de « contrôle de soi » en tout cas.

Maintenant, j’ai évidemment des tas de choses à vous raconter, plus ou moins intéressantes. D’ailleurs, là aussi je préviens, j’ai décidé d’arrêter de me mettre la pression avec « le bon post », « la bonne astuce », « la découverte chouette » à partager à tout prix ici. Il y a des jours où, comme vous je suppose, je n’ai pas grand chose à raconter. Or, déformation professionnelle oblige, c’est quelque chose qui m’a souvent bloquée au moment d’écrire ici. Ne « rien » apporter dans l’information, la réflexion, le conseil ou le service m’a en effet jusqu’alors semblé assez malvenu. Et pourtant, je suis la première à me délecter des récits très quotidiens, -pas toujours enlevés certes- de certaines blogueuses, des personnes plus que des personnalités (pour en connaitre quelques-unes) qui me touchent dans leur façon de, justement, relater l’ordinaire, ce qui touche au réel, à l’intime et donc un peu à l’universel.

Sur ce, je retourne à mes devis travaux et cuisine. Pendant mon absence ici, Mister T. et moi-même avons donc acheté un appartement. Folie.

Basgi !

P.S. En ouverture de ce post, un morceau de Haute-Corse sans filtre, depuis l’un des sentiers de randonnée de la Castagniccia.

P.S 2 : Si vous êtes tombé sur une page d’erreur en tentant d’afficher le blog ces derniers jours c’est tout à fait normal : j’ai tellement lâché prise que j’ai oublié de renouveler nom de domaine et hébergement.

A LIRE AUSSI...

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *