Dans ma douche, il y a…

Pas plus tard qu’il y a deux jours, ma nouvelle ostéopathe me demandait conseil pour un mascara.

Qu’il s’agisse de ma famille, de mes amis ou de mes collègues, on me demande très souvent quels produits j’utilise pour : mes cheveux, ma peau, mes cils, sourcils, lèvres. Ceux que je conseille en cas : d’irritations, démangeaisons, peau qui brille, boutons, rougeurs, dartres… Et puis « à quoi ça sert un sérum ? », « C’est vraiment mieux les shampoings sans silicones ? » etc.

J’adore me prêter à cet exercice de hotline beauté, interroger plus en détail la personne sur sa problématique du moment, sa routine beauté, son budget, puis l’orienter au mieux vers les gammes voire les produits spécifiques testés et approuvés, par moi-même mais aussi par la cohorte de proches à qui j’ai déjà « prescrit » une ordonnance cosmétique.

Si je ne change pas de pot de crème tous les quatre matins, j’aime bien varier les produits dans la douche. Je respecte simplement quelques grands principes pour ne pas agresser ma peau sensible (cuir chevelu compris).

Corps

De fait, j’évite les gels douche trop parfumés. De manière générale, je privilégie toujours des huiles et crème de douche, si possible sans savon et estampillés « surgras » -ce qui veut dire qu’elles vont laisser un voile hydratant et protecteur sur la peau même après le rinçage. On les trouve principalement en pharmacie et parapharmacie.

En ce moment, j’utilise l’une de mes huiles de douche préférée, que je rachète chaque année : l’Eucerin PH5. Elle sent bon, ne colle pas, calme les démangeaisons dues à mon eczéma et laisse ma peau si douce et hydratée qu’elle me permet de zapper l’étape du lait corporel aux beaux jours. Dans le même genre, j’aime beaucoup l’huile de douche micellaire Topialyse de SVR, la Xéracalm A.D d’Avène ou celle de La Rosée, une marque naturelle made in France. Côté crèmes de douche, la gamme Laino est ultra respectueuse des peaux sensibles, par contre, elle ne mousse vraiment pas (ce qui ne veut pas dire qu’elle ne lave pas, la sensation est juste surprenante).

Pour les petits budgets, en grandes surfaces, Mixa et Sanex font également de bons produits, respectueux des peaux délicates. C’est simple, en voyage, si je suis à cours de gel douche ou de crème corporelle, ce sont vers ces marques accessibles partout que je me tourne.

Cheveux

Côté cheveux, je suis ravie du shampoing naturel Rahua à l’huile d’ungurahua, une noix qui pousse en Amazonie. Il contient également de l’aloe vera, bien connue pour ses vertus hydratantes, du thé vert anti-oxydant, de la framboise et de l’huile essentielle de palo santo aux vertus apaisantes et anti inflammatoires. Je n’ai pas de problème de pellicules mais j’ai un cuir chevelu sec et sensible qui peut me démanger s’il n’est pas correctement hydraté. Quand à mes cheveux, ils sont secs sur les longueurs, donc ternes et difficiles à démêler s’ils ne sont pas nourris. Avec ce shampoing, j’ai l’impression d’avoir un 2 en 1, c’est à dire qu’il apaise mon cuir chevelu lorsque celui-ci est en crise et qu’il nourrit et fait briller mes cheveux sans les alourdir. Mieux, j’ai la sensation, au fil des shampoings, qu’ils sont plus sains, plus forts, plus denses. On m’a plusieurs fois complimentée à ce sujet depuis la rentrée, je pense que ce nouveau shampoing n’y est pas pour rien.

À côté, je termine un après-shampoing aux agrumes et néroli John Masters Organics, une marque de capillaires naturelle que j’aime beaucoup, depuis longtemps. Celui-ci possède une texture fine qui ne graisse pas les longueurs mais permet de les assouplir et donc de rendre le démêlage plus aisé après seulement 2 minutes de pose. Ultra pratique.

Côté masques, mon produit culte reste le masque régénérant à l’huile rare de figue de barbarie Christophe Robin. J’essaye d’en appliquer une couche fine sur toute ma chevelure une fois par semaine, après le shampoing. Je laisse poser au moins une heure sous une serviette, puis je rince longuement. Cheveux de soie assurés !

Le shampoing Klorane au lait davoine n’est pas à moi mais à Mister T. qui ne jure que par ce dernier depuis sa pré adolescence au moins. Je l’utilise volontiers quand je n’ai plus rien sous la main ou en week-end mais pas sur le long terme car je ne le trouve pas assez hydratant pour mes longueurs sèches. Pour des cheveux sans problème particuliers, il est par contre tout indiqué : il les laisse souples et aériens et calme les cuirs chevelus sujets aux états pelliculaires moyens (certains pédiatres le recommandent pour les tout petits, dès 3 ans).

Démaquillant

Dernier produit visible sur cette photo, un petit pot jaune, le baume démaquillant à l’immortelle L’Occitane. En hiver, j’aime les textures baumes ou huiles à utiliser directement sous la douche. Je prends plaisir à masser ma peau sèche durant plusieurs minutes pour décoller toutes les impuretés et résidus de maquillage, puis passer la tête sous l’eau pour tout rincer d’un coup.

Avec ce type de produits, ma peau ne tire pas malgré le calcaire, elle est douce, nette, prête à recevoir les soins. Juste avant d’utiliser celui-ci j’ai terminé le baume soyeux Essenxiel d’Ixxi au pin des Landes, rien à redire, un très bon produit également.

Ma routine soins du presque printemps

Je sais, avec le temps qu’il fait ce week-end, le titre de ce post semble un peu éloigné de la réalité.

Et pourtant : avec le redoux et la remontée des températures, la peau n’a plus les mêmes besoins qu’au coeur de l’hiver. Au placard les crèmes et baumes hyper nourrissants : ce printemps, j’ai envie d’une dewy skin. Une quoi ? Une de-wy skin, comprenez, une peau saine, nette, rebondie, à peine rosée, qui capte la lumière sans autre artifices que des soins bien choisis. Pour en savoir plus, filez donc sur marieclaire.fr, tout est ici.

Lire la suite

Le beauty blender, cette éponge make-up en forme d’oeuf dont je ne me passe plus

J’ai failli aller me coucher sans passer par ici. Il faut dire qu’en ce moment, je suis absorbée par mes lectures du soir. Je n’aime rien de mieux que me glisser sous les draps et bouquiner jusqu’à pas d’heure, un thé fumant sur ma table de chevet.

Et puis j’ai pensé à demain, à ma routine du matin. Je me suis vue pester, encore une fois devant le miroir, parce que je reporte sans cesse ce post. LE post dans lequel je vous parlerai de ce petit objet rose en mousse qui a changé ma façon de me maquiller : le beauty blender.

Lire la suite

L’art du brushing

Samedi, je suis enfin allée chez le coiffeur. Après plus de six mois sans avoir vu une paire de ciseaux -vous savez ce qu’on dit, ce sont les cordonniers les plus mal chaussés- j’ai poussé la porte du salon Franck Provost au 87, rue d’Alésia en début d’après-midi. C’est Mathilde, et sa toute nouvelle tête (elle aussi devenue blonde), qui m’a donnée le coup de pieds au derrière final. Cela fait pourtant près de trois semaines que je me répète en boucle qu’il est « vraiment temps de faire quelque chose ». Prendre le temps de prendre rendez-vous, ça en revanche, c’est une toute autre affaire -dit la fille dont le mantra du blog est « Tromper de temps et en prendre pour soi ». De fait, j’ai donc opté pour l’option « sans rendez-vous ».

Lire la suite